Quelles études pour réaliser des jeux vidéo ?

Quelles-etudes-pour-realiser-des-jeux-video

Voilà une question qui m’est posée régulièrement depuis l’ouverture de la plateforme Parcoursup. Il est clair que choisir son orientation n’est pas toujours évident. Je vais donc tenter d’éclaircir ce sujet.

Il y a quelques semaines, j’ai répondu au message d’un visiteur perplexe quant à son choix d’orientation. Ce message, le voici :

Bonjour Thibaud,

Je m’appelle Jean-Claude*, je suis étudiant en Terminale S et votre parcours m’intéresse. En effet, je prévois d’intégrer une école préparatoire (PCSI) afin de poursuivre sur une école d’ingénieur par la suite et le domaine de la création de jeux vidéo suscite en moi un grand intérêt.
De ce fait, j’aurais voulu connaître votre parcours car j’ai pu voir sur votre site que vous avez un diplôme d’ingénieur et je trouve que cette voie est bien trop peu mise en avant que ce soit lors de salons sur l’orientation ou simplement sur Internet.
[…]

En attendant une réponse de votre part.
Cordialement,

*le prénom a été modifié pour conserver l’anonymat.

Il existe de nombreuses façons de développer des jeux vidéo et mon parcours est assez atypique. Il ne reflète pas, selon moi, le parcours consensuel emprunté par les Game Designer.

Dans un premier temps, je synthétiserai donc les formations spécialisées dans le jeu vidéo puis j’aborderai les formations techniques et artistiques.
Dans un second temps, je détaillerai les études d’ingénieur, en parlant de mon parcours.
Enfin, je ferai une petite critique de toutes ces formations.

Les formations spécialisées

Pour développer des jeux vidéo, outre la conception, il faut soit savoir développer, soit savoir dessiner. L’idéal est de savoir faire les deux.

On peut donc s’orienter vers une école spécialisée qui, en plus d’inculquer le game design, formera à la fois aux compétences techniques et aux compétences artistiques.

Des écoles de jeux vidéo, il en existe pas mal. J’en ai recensé 25 en France. (Aries, CNAM-ENJMIN, Créajeux, ESGI – ICAN, IIM, ISART DIGITAL, L3DI, LISAA, Pôle 3D, SupInfoGame Rubika, Gobelins, ECV, IUT Bobigny, Autograf, Université Paul Valéry, Bellecour École, Studio M, Art FX, New 3dge, Studio Mercier, Emile Cohl, E-art sup, Objectif 3D, Gamagora, IEFM 3D).

Pour choisir son école, il est judicieux de prendre en compte toutes les informations à votre disposition, à savoir : les spécialités dispensées, la localisation, les critères d’admission, le nombre d’années d’études, la reconnaissance du diplôme, le coût de la scolarité et bien d’autres critères auxquels je n’ai pas pensé.

Les journées portes ouvertes sont également un bon moyen de jauger l’ambiance de l’école et la qualité de sa formation. Elles vous permettront également d’échanger avec les élèves et ainsi de préciser votre projet.

Comme je suis gentil, j’ai fait une synthèse des 25 formations pour aider votre recherche (cliquez sur l’image pour l’agrandir) :

Synthèse de la plupart des écoles françaises de jeux vidéo
Synthèse de la plupart des écoles françaises de jeux vidéo.

Il est aussi envisageable de se spécialiser dans la voie technique ou dans la voie artistique. C’est une solution à considérer lorsqu’on ne préfère qu’une seule des deux voies.

Les formations techniques et artistiques

Pour la voie technique, il est possible de s’orienter vers :
– Un BTS ou DUT (de 2 ans). (Exemple : BTS/DUT informatique, GEII, MMI…)
– Une licence ou master (de 2 à 5 ans). (Exemple : informatique, MIAGE…)
– Une école d’ingénieur habilitée par la CTI (de 5 ans). (L’habilitation par la CTI est très importante. Elle indique que le diplôme est reconnu par l’État. Sans elle, on ne peut pas prétendre au titre d’ingénieur. Faites donc très attention, lorsque vous cherchez une école d’ingénieur, qu’elle délivre bien un diplôme habilité par la CTI.)
– Une autre école d’informatique (Epitech, ESGI…)

Pour la voie artistique, il est possible de s’orienter vers :
– Un BTS ou DUT (de 2 ans). (Exemple : BTS/DUT infographie…)
– Une licence ou master (de 2 à 5 ans). (Exemple : infographie…)
– Une école d’art type ENSBA, Estienne, Penninghen, Goblins…

Attention, toutes les formations supérieures ne permettent pas de trouver un travail. Les études n’ont pas toutes les mêmes débouchés.

Au lycée, je m’orientais vers des études d’infographie mais la concurrence y est rude. Dans ce secteur, il faut être extrêmement compétent pour se démarquer ou très efficace pour enchaîner les contrats. Nombreux sont les infographistes qui se forment au développement de sites internet, car la demande y est plus forte.

Sachant cela, j’ai envisagé d’autres solutions.

Comme j’affectionnais les matières scientifiques, et particulièrement les Maths, j’ai pris goût à la programmation. Ça me paraissait obscur à l’époque mais finalement, ce domaine s’est révélé tout aussi fascinant que le dessin numérique (voire plus).

Aujourd’hui, un ingénieur logiciel a beaucoup plus de facilité à trouver un travail qu’un infographiste. Sûrement parce que le domaine des TIC manque cruellement de main d’œuvre face à une demande toujours plus grandissante alors que le secteur graphique se retrouve bouché.

Outre l’offre et la demande, un ingénieur est une personne polyvalente, qui réfléchit scientifiquement sur des problèmes complexes de conception. Avec un bon esprit créatif, un ingénieur présente, selon moi, les qualités requises pour concevoir des jeux.

Mon choix s’est ainsi tourné vers l’école d’ingénieur.

L’école d’ingénieur

Comme Jean-claude, j’ai suivi la filière scientifique. Mais contrairement à ce qu’il prévoit de faire, je n’ai pas poursuivi en école préparatoire. J’ai directement intégré une école d’ingénieur post bac en 5 ans, donc avec deux années de prépa intégrée.

Je préfère l’annoncer de suite : faire des études d’ingénieur n’est pas la voie optimale pour travailler dans le jeu vidéo ; mais il est complètement possible d’y arriver. Les créateurs d’Ankama (qui sortent de mon école : l’IMT Lille Douai) sont un bon exemple. Leur formation leur a permis de créer une agence web dans laquelle ils ont fait mûrir leur jeu, entre deux prestations multimédia.

IMT-Lille-douai
Allez hop hop hop ! On en profite pour faire de la pub pour son école.

Concrètement, pour développer des jeux, peu d’enseignements de ma formation d’ingénieur me sont utiles. J’applique quelques cours d’informatique et certains cours de gestion mais j’ai surtout appris à comprendre de nouveaux concepts. Et ça, c’est primordial lorsqu’on étudie la conception de jeux. Les mathématiques et la physique de l’enseignement supérieur ont aussi contribué à aiguiser mon raisonnement scientifique.

Aujourd’hui, les écoles d’ingénieurs dispensent des cursus généralistes. La formation est agrémentée de plusieurs spécialités (informatiques, management, mécanique, génie civil, aéronautique…). Évidement, il est judicieux de choisir les options qui s’accordent le mieux à son choix de carrière. Pour développer des jeux vidéo, les options d’imagerie numérique, de développement 3D, d’intelligence artificielle et même certaines options de management sont vos alliées.

Pour ma part, j’ai eu la possibilité de choisir une option d’intelligence artificielle et une option sur les techniques d’imagerie 2D lors d’un semestre d’études à l’étranger.

L’industrie vidéoludique est un secteur risqué et il faut pouvoir retomber sur ses pieds. Une école d’ingénieur est un bon compromis. Il permet de concilier le désir professionnel de travailler dans le jeu vidéo avec le risque du secteur.

Pour choisir son école d’ingénieur, c’est le même principe que pour choisir une formation spécialisée. Certaines écoles sont plus coûteuses que d’autres. Les portes ouvertes vous aideront à jauger l’ambiance et la qualité de la formation dispensée au sein de l’école. Elles vous permettront également de discuter avec des élèves et ainsi de préciser votre projet.

Finalement les études, ça sert à quoi ?

Pour beaucoup, les études servent principalement à trouver un travail. (Encore faut-il pouvoir réaliser des études qui garantissent des débouchés.)

Je pense qu’il est difficile – voire impossible – de trouver un travail qualifié sans diplôme, aujourd’hui en France (contrairement à d’autres pays, comme les États-Unis, où les capacités et l’expérience professionnelle sont plus valorisées).

Sans diplôme, il faut donc soit se tourner vers l’étranger, soit créer son entreprise (et même en se déclarant indépendant, il faut pouvoir trouver des clients qui accepteront vos services).

Outre le diplôme, les études offrent un cadre de travail avec un rythme plus ou moins soutenu pour apprendre des matières parfois très différentes.

Le diplôme est donc une certification attestant d’un niveau d’études qui permet essentiellement d’effectuer un travail.

Lorsqu’il s’agit de réaliser son propre jeu vidéo, (que ce soit seul ou en équipe), le diplôme n’est plus qu’un filet de secours. Seul le savoir-faire est nécessaire. (Contrairement au travail salarié où le diplôme et le savoir-faire sont nécessaires.)

Mais quelles que soient les études que l’on choisit, c’est une bonne chose de savoir se former seul. Être autodidacte.

Pour peu que l’on soit un peu autodidacte, que l’on sache trier le vrai du faux et que l’on ne se perde pas en route, la meilleure source d’information, selon moi, ça reste internet.

Internet tomska wouhou

Internet est une mine d’or inépuisable de savoir. Les autodidactes peuvent y apprendre à parler une langue, à jouer d’un instrument de musique et même à concevoir des jeux vidéo !

Il ne faut pas pour autant se limiter à une seule source d’information.

Les personnes expérimentées enseignent les bonnes pratiques et vous confirment ce que vous apprenez seul.

Les livres compilent le savoir théorique fondamental nécessaire pour la mise en pratique.

Doctor Who Reading

Enfin, la pratique vous apporte l’expérience dont vous avez besoin car ne l’oublions pas : c’est en forgeant qu’on devient forgeron.

Le Game Design est un domaine récent. Les premiers concepteurs n’avaient pas de formations spécialisées en conception de jeux vidéo. La plupart avaient soit des capacités informatiques, soit des capacités artistiques.

Développer un jeu en indépendant est long et il faut pouvoir subvenir à ses besoins pendant toute la durée de la création. Et surtout, développer un jeu n’est pas synonyme de succès dès le premier coup. (Voir l’article : « Alors comme ça tu veux réaliser un jeu vidéo ? »)

Travailler dans un studio de jeu vidéo n’est pas non plus facile. Il faut pouvoir se plier aux crunches continus. (Un crunch est une période intense de travail, incitant souvent l’employé à travailler sans compter ses heures.)

À la fin des études, je vois 2 solutions pour travailler dans l’industrie vidéoludique :
• Rejoindre une entreprise de création de jeux vidéo : c’est finalement la vraie formation professionnelle, mais il faut accepter de faire des crunches continus pour réaliser l’idée de quelqu’un d’autre.
• Concevoir son propre jeu (seul ou en équipe) : On a une bien plus grande liberté sur son processus créatif, mais on est aussi limité par le temps, la motivation, le financement et les compétences propres.

Conclusion :

Les études sont fortement conseillées pour trouver un travail car en plus de délivrer un diplôme, elles forment au métier que vous envisagez faire.

• Une école de jeux vidéo est idéale pour travailler dans l’industrie vidéoludique, mais elle restreint à ce secteur.
• Une école d’ingénieur est plus généraliste, mais elle ne forme pas spécifiquement au jeu vidéo.

Finalement, faire des études d’ingénieur permettent d’ouvrir plus de portes qu’en faisant des études spécialisées dans le jeu vidéo. En me formant en parallèle, c’est le compromis que j’ai choisi.

Quelles que soient les études que vous choisissez, vous devez apprendre par vous-même.

Auteur : Thibaud

Je suis passionné de création de jeux d'aussi loin que je me souvienne. Diplôme d'Ingénieur en poche, j'étudie actuellement les éléments qui permettent de réaliser un bon jeu dans le but de concevoir mes prochains titres. J’espère ainsi échanger avec des passionnés et constituer une communauté francophone de Game Design.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *